Révélation du système d’espionnage Echelon

Station d'interception du Réseau Echelon à Menwith Hill (Royaume-Uni)

Station d'interception du Réseau Echelon à Menwith Hill (Royaume-Uni)

Image : Matt Crypto (cc)
Partager cet article :

Le 12 août 1998, le journaliste écossais Duncan Campbell révèle l’existence du système d’espionnage électronique Echelon, impliquant les Etats-Unis et les pays du Commonwealth.

Echelon est un réseau américano-britannique d’interception des communication électroniques transitant par Internet et par téléphone. Grâce à un puissant système informatique, Echelon est capable de trier les écoutes en repérant automatiquement des mots-clés écrits ou prononcés oralement.

Développé du temps de la Guerre Froide pour des raisons militaires et politiques, Echelon a continué à opérer après la chute du mur de Berlin, probablement pour de l’espionnage économique, y compris au détriment des alliés des Etats-Unis, dont la France et l’Allemagne.

Campbell révèle l’existence du programme dans un article intitulé Somebody’s listening (Quelqu’un écoute) publié dans le journal New Statesman. L’information passe d’abord inaperçue avant d’être reprise, tardivement, par d’autres médias et de provoquer alors une vague mondiale d’indignation, notamment en Europe. Pour autant, Échelon existe toujours aujourd’hui. On peut notamment apercevoir des bâches en trompe-l’œil au sommet de l’ambassade des Etats-Unis en France, derrière lesquelles se cachent de « grandes oreilles ».

Cependant, les Etats-Unis ne sont pas seuls à agir ainsi. D’autres pays ont égal développe des systèmes d’écoutes. C’est le cas notamment Du système français Frenchelon, qui est cependant de niveau technologique inférieur.

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.