Invention de la carte à puce

Carte à puce

Carte à puce

Image par PublicDomainPictures de Pixabay
Partager cet article :

Le 25 mars 1974, le Français Roland Moreno dépose le brevet de la carte à puce.

La carte à puce est une carte en plastique comportant un circuit intégré (puce) capable de contenir de l’information numérique. Il peut s’agir d’une simple mémoire ou d’un microprocesseur capable de traiter cette information. La carte à puce a connu beaucoup d’attaques technologiques mettant à mal sa sécurité, mais elle a évolué avec le temps et cela reste un moyen extrêmement sûr.

La carte à puce est utilisée comme moyen de paiement, conjointement avec un code confidentiel, ou comme moyen d’identification (badge d’accès, carte d’identité, etc.). Elle est aussi très répandue dans la téléphonie mobile sous forme de cartes SIM.

L’idée initiale du génial Roland Moreno était de créer un porte-monnaie électronique contenu dans une bague connectée.

Dates-clés

  • En 1974, la carte à puce sert uniquement de mémoire de stockage.
  • En 1977, le Français Michel Ugon, ingénieur chez Bull, dépose un brevet pour intégrer dans la carte un véritable microprocesseur.
  • En 1979, la société Bull lance la première carte à puce, la Bull CP8.
  • En 1983, la carte à puce commence à être diffusée en France, sous la forme d’une carte pour cabines téléphoniques, la Télécarte, dite carte “pyjama” en raison de ses rayures bleu et blanc.
  • En 1985, apparaissent les premières cartes bancaires à puce, fabriquées par Bull.

Au total, la carte à puce fera l’objet de 45 brevets.

150 millions de royalties

D’autres inventeurs disputeront à Roland Moreno la paternité de cette invention, notamment un ingénieur du Centre national d’études des télécommunications (CNET) et des industriels allemands, mais aucun n’obtiendra gain de cause.

La carte à puce rapportera 150 millions d’euros à son concepteur.

  • A partir des années 90, l’industrialisation des cartes à puces sera assurée par les sociétés Bull, Gemplus (future Gemalto) et Oberthur, notamment.
  • En 1992, toutes les cartes bancaires françaises sont dotées d’une puce.

Plus tard, apparaitront des cartes à puces “sans contact”, grâce à la technologie NFC, comme le Pass Navigo, destinée aux transports parisiens.

  • A la fin des années 1990, les brevets tomberont dans le domaine public mais Moreno continuera à toucher des royalties sur les cartes sans contact (Navigo , Velib, etc.).
Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.