Lancement du WAP

Partager cet article :

(1999) Le lancement du WAP, ou Wireless Application Protocol, a eu lieu en France. Le WAP est un standard de communication permettant d’avoir accès à Internet sur un appareil sans fil. Il s’agit soit d’un téléphone portable, soit d’un assistant personnel, comme les Pockets ou le Palm Pilot.

Il détermine le protocole HTTP, le format HTML et l’interactivité acquise par le langage JavaScript. Le but est de les connecter au monde des périphériques d’un écran de petite taille, d’un processeur d’une faible puissance et d’une autonomie réduite. C’est le cas des téléphones mobiles. Pour atteindre cet objectif, une passerelle (ou « gateway » en anglais) est liée au réseau mobile.

Fondateurs du WAP

Alain Rossmann est à l’origine de ce protocole WAP. Il est connu comme le père de l’Internet mobile puisqu’il est l’inventeur et le co-fondateur de ce standard mondial. Il réussit à faire communiquer les téléphones portables grâce à Internet. Par ailleurs, 4 entreprises de téléphonie participent également à l’histoire du WAP. Il s’agit de Motorola, Nokia, Ericsson et Unwired Planet.

En 1995, l’entreprise Ericsson initie l’Intelligent Terminal Transfer Protocol (ITTP). Ce projet a pour objectif de relier un smartphone à un serveur d’informations. Ici le premier smartphone WAP du Ericsson R380.

La société Unwired Planet est aujourd’hui devenue phone.com. Elle crée un micro navigateur pour afficher des informations sous forme HDML (Handled Markup Language).

En mars 1997, Nokia présente Smart Messaging au public. Cette technologie conçue pour les téléphones mobiles, permet d’accéder à Internet. Le concept se base sur l’utilisation de messages quasiment courts de type SMS. Cela permet de transférer des informations au format TTML (en anglais, Tagged Text Markup Language). Ici le nouveau téléphone WAP du Nokia 7110.

Couches de réseau du WAP

Le WAP comprend quatre couches réseau :

  • L’environnement d’application sans fil (Wireless Application Environment ou WAE), permet d’utiliser WML et WMLScript. Ces derniers sont des langages de script et de framework spécifique ;
  • La couche de session sans fil (Wireless Session Protocol ou WSP), permet d’assurer la continuité de la connexion ;
  • La couche de transport sans fil (Wireless Datagram Protocol ou WDP), est sécurisée par le WTLS. Le Wireless Transport Layer Security permet de chiffrer les échanges par le biais de la technologie SSL ; 
  • La couche de transaction sans fil (Wireless Transaction Protocol ou WTP), garantit les transmissions synchrones. Ce protocole regroupe en outre les acquittements du récepteur par paquet.

Usage du WAP

Presque tous les opérateurs téléphoniques proposent un service WAP. Toutefois, le protocole WAP n’a pas connu de réel succès. Le manque d’ergonomie des interfaces, l’interopérabilité insuffisante entre les plateformes et les lenteurs d’affichage en sont les causes. Depuis l’arrivée du haut débit (3G et 4G) sur le marché, les offres WAP perdent leur attrait. Pareillement depuis l’avènement des smartphones, équipés d’écrans de taille suffisante, de processeurs puissants, le WAP ne décollent pas vraiment. Ils disposent d’une forte résolution et sont capables d’interpréter le Javascript et le HTML.

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *